Aller au contenu

Panneaux solaires photovoltaïques en autoconsommation : le guide complet

L’autoconsommation photovoltaïque est une pratique qui consiste à produire et consommer sa propre électricité grâce à l’installation de panneaux solaires photovoltaïques sur son toit. Voici tout ce qu’il faut savoir !

autoconsommation panneau solaire toit

Qu’est-ce que l’autoconsommation photovoltaïque ?

L’autoconsommation photovoltaïque consiste à produire de l’électricité à partir de panneaux solaires installés sur le toit ou dans le jardin de sa maison ou de son entreprise. Cette électricité est ensuite consommée directement sur place pour alimenter les appareils électriques du bâtiment.

Les panneaux solaires en autoconsommation représentent une solution de plus en plus prisée par les particuliers et les entreprises souhaitant produire leur propre électricité.

En effet, l’autoconsommation photovoltaïque permet de réduire significativement sa facture d’électricité (jusqu’à 40 %) et de contribuer à la transition énergétique en utilisant une source d’énergie renouvelable.

La démarche d’installer des panneaux solaires photovoltaïques vous donne le choix de l’usage de l’électricité qui sera produite par votre installation. Vous avez la possibilité d’opter pour :

  1. l’autoconsommation totale ;
  2. l’autoconsommation avec vente du surplus ;
  3. la vente totale de la production solaire.

Ce sont les deux premiers cas qui nous intéressent dans cet article : le fait d’utiliser tout, ou une partie, de votre production d’électricité solaire pour alimenter votre logement.

infographie autoconsommation energie solaire

Autoconsommation totale

L’autoconsommation totale consiste à consommer directement sur place toute l’électricité produite par les panneaux solaires. Cela permet d’éviter de vendre l’électricité produite par les panneaux solaires à un tarif inférieur à celui du marché et de maximiser les économies réalisées sur la facture d’électricité.

Attention toutefois, autoconsommation totale ne signifie pas autonomie. Pour atteindre l’autonomie avec votre installation photovoltaïque, il sera nécessaire d’installer une batterie de stockage. Du fait de leur coût encore particulièrement élevé, les batteries, physiques ou virtuelles, sont réservées aux logements en site isolé ou les maisons autonomes, non raccordés au réseau électrique.

L’autoconsommation totale permet de s’affranchir des contraintes fixées par EDF OA (Obligation d’Achat) pour l’autoconsommation avec vente du surplus. Vous êtes donc en mesure d’installer vous-même vos panneaux solaires, sans être obligé de les poser sur le toit de votre logement.

Cela vous permet d’installer des panneaux solaires au sol par exemple. Attention néanmoins à respecter la bonne exposition (sud) et inclinaison (30°) pour maximiser la production de votre système photovoltaïque.

Enfin, en ne raccordant pas votre équipement au réseau de distribution, vous ne pourrez pas bénéficier des aides financières versées pour l’installation de panneaux solaires photovoltaïques.

Pour l’ensemble de ces raisons, les particuliers optent majoritairement pour l’autoconsommation avec vente du surplus.

L’autoconsommation avec vente du surplus

Avec cette option, l’électricité que vous produisez et qui n’est pas utilisée (le surplus) est vendue à un fournisseur d’électricité (EDF OA Solaire ou autre Entreprise Locale de Distribution).

Comme les panneaux solaires produisent de l’électricité en journée, il n’est pas toujours possible de consommer l’intégralité de la production. Ainsi, le fournisseur achète ce trop-plein d’électricité que vous injectez directement dans le réseau de distribution.

Pour pouvoir vendre le surplus, vous devez cependant respecter certaines règles :

  1. faire installer ses panneaux solaires par un installateur RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) QualiPV module élec, Qualifélec SPV1, SPV2 ou SPV3 ou QualiBat ;
  2. installer une puissance inférieure ou égale à 500 kWc ;
  3. implanter les modules sur bâtiment, hangar ou ombrière ;
  4. souscrire au contrat de vente du surplus avec le fournisseur de votre choix, qui vous engage sur 20 ans.

Le tarif d’achat de l’électricité solaire pour l’autoconsommation avec vente du surplus dépend de la puissance de votre installation. La date de demande complète de raccordement détermine le trimestre dans lequel est fixé le tarif.

Voici les tarifs d’achat en vigueur pour toute demande de raccordement réalisée au cours du trimestre tarifaire actuellement en vigueur :

Puissance
Tarifs d'achat EDF OA
Vente du surplus
≤ 3 kWc
0,1339 €/kWh
> 3 et ≤ 9 kWc
0,1339 €/kWh
> 9 et ≤ 36 kWc
0,0803 €/kWh
> 36 et ≤ 100 kWc
0,0803 €/kWh
> 100 et ≤ 500 kWc
0,1312 €/kWh *

Tarifs appliqués du 1er mai 2023 au 31 juillet 2023 (6e trimestre de l’arrêté tarifaire “S21”)

*Les tarifs définitifs seront connus 6 mois après le début du trimestre tarifaire, lors de la publication du coefficient Kn+2

Nouveauté !

Depuis l’arrêté du 8 février 2023, les montants des tarifs d’achats appliqués pour la vente du surplus sont désormais indexés sur un coefficient Kn comportant 7 indices dont notamment l’inflation.

Le choix de l’autoconsommation avec vente du surplus vous permet également d’entrer dans les conditions d’éligibilité de la prime à l’autoconsommation. Voici les tarifs applicables pour toute demande complète de raccordement réalisée au cours du trimestre tarifaire en vigueur :

Puissance
Montants de la prime à l'autoconsommation
≤ 3 kWc
510 €/kWc
> 3 et ≤ 9 kWc
380 €/kWc
> 9 et ≤ 36 kWc
210 €/kWc
> 36 et ≤ 100 kWc
110 €/kWc
> 100 et ≤ 500 kWc
Non éligible

Tarifs appliqués du 1er mai 2023 au 31 juillet 2023 (6e trimestre de l’arrêté tarifaire “S21”)

À présent versée en une seule fois pour les installations de puissance inférieure ou égale à 9 kWc, la prime à l’autoconsommation représente une réelle opportunité d’accélération de l’amortissement de votre installation.

Pourquoi choisir l’autoconsommation avec vente du surplus ?

L’autoconsommation avec vente du surplus vous permet de réaliser d’importantes économies sur vos factures d’électricité en consommant une énergie “gratuite” issue de vos panneaux solaires.

Ensuite, grâce à la valorisation de votre surplus, vous bénéficiez d’un complément de revenu annuel non négligeable. Ainsi, vous augmentez votre indépendance face à votre fournisseur d’énergie.

Autoconsommation individuelle ou collective ?

Quel que soit votre choix en ce qui concerne la vente ou non du surplus de production, vous pouvez également choisir entre deux formes d’autoconsommation :

  1. l’autoconsommation individuelle : mode de consommation le plus répandu. Il correspond à la production (consommée entièrement ou en partie vendue) d’un seul et même site ;
  2. l’autoconsommation collective : un ou plusieurs producteurs d’électricité solaire se regroupent et consomment ou vendent une partie de leur production solaire.

Autoconsommation solaire : les avantages et les inconvénients

Même si un projet d’installation de panneaux solaires photovoltaïques cumule plus d’avantages que d’inconvénients, il est important de se pencher en détail sur le sujet.

Les avantages
Les inconvénients
Réduction de la facture d'électricité
Investissement initial important
Indépendance énergétique
Nécessite une surface suffisante et une orientation optimale de la toiture pour accueillir les modules
Impact positif sur l'environnement en utilisant une ressource d'énergie renouvelable
Dépendance à la lumière du soleil
Possibilité de générer un complément de revenus grâce à la revente du surplus
Valorisation de votre bien immobilier
Frais de maintenances peu élevés
Projet éligible aux aides gouvernementales
Durée de vie élevée (30 ans)
Projet rentable (retour sur investissement moyen entre 11 et 15 ans)

Taux d’autoconsommation et taux de production

Taux d’autoconsommation : vers l’indépendance énergétique ?

Le taux d’autoconsommation correspond à la part d’électricité produite par votre installation photovoltaïque que vous consommez.

Si vous n’avez pas de batterie pour stocker l’électricité produite, alors votre taux d’autoconsommation n’excédera pas les 40 %. Cela vous permet, tout de même, de réduire jusqu’à 40 % vos factures d’électricité.

Comme nous l’avons évoqué plus haut, la majorité des logements qui disposent de panneaux solaires photovoltaïques et qui optent pour l’autoconsommation ne sont pas à 100 % autonomes en électricité.

La faute à un mode de vie qui ne permet pas d’utiliser toute l’électricité dont le bâtiment a besoin au moment où le soleil brille sans solution de stockage.

infographie graphique autoconsommation photovoltaique

C’est entre 12 h et 16 h que le soleil permet de produire un maximum d’électricité.

Pendant cette plage horaire, les maisons sont généralement vides. Il faut, de cette manière, programmer les appareils électriques grâce à la domotique, pour les faire fonctionner sur ce créneau.

L’investissement dans des batteries solaires permet de gagner en autonomie mais peut réellement impacter la rentabilité de votre investissement. Avec une consommation adaptée, vous pouvez cependant envisager l’autonomie à 100 %.

Taux de production : évaluer les économies d’énergie

Le taux de production correspond à la part de consommation électrique de votre logement qui est réalisée par les panneaux solaires.

Celui-ci ne doit pas être confondu avec le taux d’autoconsommation. Le taux de production de votre installation photovoltaïque est utile pour le dimensionnement de vos panneaux solaires (nombre de panneaux solaires à installer pour votre projet) puisqu’il peut être prédit à partir de vos données de consommation électrique.

Un taux de production de 40 % signifie que vous couvrez 40 % de vos besoins en électricité avec vos panneaux solaires photovoltaïques. Les 60 % restants devront être soutirés au réseau dans le cadre de votre contrat d’électricité avec votre fournisseur d’énergie.

Autoconsommation : maximiser les économies d’énergie

Pour réussir et amortir rapidement un projet d’autoconsommation, il est important de revoir vos habitudes de consommation électrique.

Un certain minimalisme doit être adopté pour éviter le gaspillage énergétique. Nous vous avons sélectionné quelques bonnes pratiques qui ne feront pas de mal à votre taux d’autoconsommation, mais également à votre portefeuille.

autoconsommation installation panneau solaire

Programmer en journée les appareils qui consomment le plus

Installer des équipements domotiques afin d’être en mesure de programmer le lancement de vos appareils énergivores est indispensable pour maximiser votre taux d’autoconsommation, surtout si vous êtes absents pendant les heures de production les plus prolifiques.

Déclencher le chauffe-eau, le chauffage si électrique, le lave-linge ou encore le lave-vaisselle durant les pics d’ensoleillement est un excellent moyen de valoriser l’autoconsommation.

Installer un thermostat

La pose d’un thermostat vous permet de garder la main sur vos chauffages en programmant les heures de fonctionnement. Simple à poser, cet outil va vous permettre de réaliser de belles économies d’énergie.

Stocker son électricité solaire ?

Avoir des batteries pour stocker l’électricité produite la journée en votre absence est le meilleur compromis pour se rapprocher de l’autosuffisance énergétique. Attention, en raison de leur coût, les batteries solaires ne sont pas adaptées à tous les projets.

Coupler ses panneaux solaires avec une pompe à chaleur

Multipliez les économies d’énergies en couplant votre installation solaire avec une pompe à chaleur ! Climatisation ou chauffage, la pompe à chaleur consommera, pour fonctionner, l’énergie électrique produite par vos modules photovoltaïques.

Projet d’autoconsommation solaire : les étapes

Si vous vous intéressez à l’autoconsommation avec des panneaux solaires photovoltaïques, voici, dans les grandes lignes, les étapes pour mener à bien votre projet.

1/ Définir son projet

La première étape dont vont dépendre toutes les autres consiste à définir votre projet. Quel est le but de votre installation ? Est-ce que vous visez l’autosuffisance énergétique ? Ou plutôt à alléger vos factures et vendre une partie de votre production ?

En fonction de votre projet, le dimensionnement de votre installation ne sera pas identique. Par exemple, un projet en autoconsommation avec vente du surplus sera plus puissant qu’un projet en autoconsommation totale comme ce sera le cas pour une maison de 200 et 100 m².

Ce qu’il faut retenir

  • Si vous visez l’autosuffisance énergétique, vous pourrez vous diriger vers un kit à installer vous-même ;
  • pour vendre l’électricité solaire, vous serez obligé de passer par les services d’un installateur professionnel.

2/ Le dimensionnement

C’est une étape cruciale dans votre projet. Le dimensionnement de votre installation intègre le calcul de la puissance de panneaux solaires à installer qui vous permettra de répondre à vos besoins énergétiques.

Il est également important de vérifier que vous disposez d’assez de surface sur votre toiture pour installer la bonne puissance de panneaux. Cette surface devra être précisée dans les démarches administratives à l’étape suivante.

Le dimensionnement prend en compte de nombreux paramètres comme :

  • le type de panneau solaire choisi (marque, puissance, rendement, etc.) ;
  • vos objectifs (vente du surplus, autoconsommation totale) ;
  • votre consommation d’électricité annuelle moyenne ;
  • la composition de votre foyer ;
  • la surface disponible en toiture ;
  • votre budget.

De cette manière, un professionnel vous communiquera un devis personnalisé comprenant l’ensemble des informations sur votre future installation solaire :

  • estimation de production ;
  • estimation du temps de retour sur investissement ;
  • puissance de l’installation (en kWc), surface et emplacement ;
  • nombre et référence des panneaux solaires et de l’onduleur (central ou micro-onduleur) ;
  • montant du devis.

3/ Les démarches administratives

Nombreux sont ceux qui se demandent s’ils ont le droit d’installer des panneaux solaires sur le toit de leur logement. Comme ils apportent une modification à l’aspect extérieur du logement, les panneaux solaires nécessitent une déclaration préalable (DP) de travaux.

La demande doit être déposée auprès de votre mairie. Vous devrez remplir le formulaire de déclaration. Le temps de réponse de la mairie pour ces demandes est d’un mois maximum.

Certains cas de figure permettent de s’affranchir de la déclaration préalable pour un projet d’autoconsommation solaire. Pour cela, il faut que le système soit :

  • d’une puissance inférieure à 3 kWc ;
  • posé au sol ;
  • installé à moins de 1,80 m de hauteur.

Dans tous les autres cas, la DP est obligatoire.

Enfin, si votre domicile se situe à moins de 500 mètres d’un bâtiment historique, vous aurez besoin de l’approbation de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF).

Photovoltaïque et bâtiment neuf

Si votre maison est en construction, il est obligatoire de mentionner l’installation photovoltaïque dans la demande de permis de construire.

4/ Le coût d’une installation en autoconsommation

Le coût d’une installation de panneaux solaires pour l’autoconsommation est très variable.

Si vous optez pour la vente de surplus, vous devrez passer par un installateur professionnel. Cela vous rendra éligible aux aides financières de l’État, mais représente un coût non négligeable dans l’investissement.

Si vous souhaitez, au contraire, opter pour l’autoconsommation intégrale, vous n’êtes pas obligé de passer par les services d’un professionnel. En installant vous-même vos panneaux solaires, vous réduirez considérablement le montant de la facture. La rentabilité des panneaux solaires sera alors beaucoup plus rapide.

Voici quelques facteurs qui entraînent des variations dans le coût d’une installation de panneaux solaires pour de l’autoconsommation :

  • le dimensionnement (puissance de panneaux à installer pour répondre à vos besoins) ;
  • les équipements choisis (type de panneaux, batterie, etc.) ;
  • le choix d’autoconsommation (totale ou avec vente du surplus).

Ces différents critères se rapportent à tous les types de projets solaires. Si vous optez pour la vente du surplus, l’entreprise va évaluer le montant de son intervention selon :

  • la nature de couverture de votre toiture ;
  • la qualité de la charpente ;
  • la hauteur de votre logement et la difficulté d’accès au toit ;
  • la distance avec le compteur électrique ;
  • la difficulté d’accès au compteur.

Il faudra également considérer votre éligibilité aux aides financières de l’État qui permettront de réduire la facture.

Toutes les entreprises ne facturent pas le même montant pour la même installation. Il est donc très important de demander plusieurs devis (minimum 3) pour comparer les prix.

Quelles sont les aides pour l’installation de panneaux solaires photovoltaïques ?

Dans le respect de certaines conditions d’éligibilité, une installation de panneaux solaires photovoltaïques est éligible à :

  • la prime à l’autoconsommation ;
  • l’obligation d’achat ;
  • la TVA réduite ;
  • l’aide de collectivités locales.

Pose professionnelle VS kit solaire : que choisir pour son installation en autoconsommation ?

Il est possible d’installer soi-même un kit solaire en autoconsommation, mais cela requiert des compétences techniques et une connaissance approfondie de l’électricité et de la réglementation en vigueur.

Dans la plupart des cas, il est préférable de faire appel à un professionnel pour garantir une installation sécurisée et conforme aux normes en vigueur.

Kits solaires Plug & Play

Il existe également des kits solaires Plug & Play, qui une fois installés, ne demandent qu’à être branchés sur une prise électrique pour fonctionner. Disponibles chez Beem Energy, Sunology, Ekwateur ou encore Supersola, ces kits solaires vous permettront d’assurer, au minimum, le talon électrique de votre logement. Comptez environ 800 € pour une installation de 300 W.

Rentabilité de l’autoconsommation photovoltaïque

Comment choisir son type d’autoconsommation ?

Le choix entre l’autoconsommation avec vente du surplus et l’autoconsommation totale dépend de la consommation d’électricité et des objectifs de l’installation :

  • si la consommation est importante, il peut être intéressant de vendre le surplus d’électricité pour rentabiliser l’installation plus rapidement ;
  • si la consommation est faible, il est préférable de choisir l’autoconsommation totale pour maximiser les économies réalisées sur la facture d’électricité.

Économies sur la facture d’électricité et rentabilité

La rentabilité de l’installation dépend du coût de l’installation, du tarif d’achat de l’électricité et des économies réalisées sur la facture d’électricité. En général, l’installation photovoltaïque se rentabilise en 11 à 15 ans (les panneaux solaires ont une durée de vie moyenne de 30 ans).

Ensuite, l’électricité produite est gratuite et permet de réaliser des économies sur la facture d’électricité.

FAQ : Vos questions sur l’autoconsommation photovoltaïque

Quelle puissance installer en autoconsommation ?

Pour un projet résidentiel en autoconsommation, on estime que la puissance installée est comprise entre 3 et 9 kWc. Pour un projet photovoltaïque clé en main, cela représente un coût total compris entre 9 000 et 23 000 €.

La puissance qui conviendra à votre projet dépend de plusieurs facteurs comme la composition de votre foyer, la zone géographique de votre logement, votre choix de valorisation de l’électricité solaire (autoconsommation totale ou partielle), etc.

En prenant en compte ses différents paramètres, un professionnel saura vous indiquer la puissance à installer pour votre projet.

Quel panneau solaire choisir pour l’autoconsommation ?

Les panneaux solaires monocristallins (cellules photovoltaïques fabriquées à partir d’un seul cristal de silicium) offrent des rendements compris entre 18 et 24 %. En offrant le meilleur rendement du marché, le panneau solaire monocristallin représente le meilleur rapport qualité/prix.

DualSun, Systovi, VOLTEC Solar, SunPower ou encore Qcells proposent actuellement les meilleures offres de modules solaires.

Que choisir entre consommer directement l’énergie ou la vendre à EDF ?

Si vous souhaitez équiper votre logement en panneaux solaires photovoltaïques, sachez qu’il est souvent préférable de se tourner vers l’autoconsommation avec vente du surplus

Cette situation vous permet de consommer une énergie gratuite issue de votre système solaire et de générer un complément de revenu grâce à la vente des kWh non consommés au dispositif EDF OA Solaire (ou autre Entreprise Locale de Distribution).

Attention toutefois, il reste plus intéressant de consommer un maximum l’énergie solaire produite par vos modules. Cela vous permettra d’économiser davantage sur les coûts d’électricité de votre maison. Les prix de l’électricité étant largement supérieurs aux tarifs d’achat de l’énergie solaire, la vente de votre production ne doit constituer qu’un bonus.

Enfin, il convient d’évaluer la rentabilité de votre projet avec l’aide d’un professionnel pour vous assurer de vous tourner vers la meilleure solution.

Jade Sebastien

Jade Sebastien

Jade Sebastien est une spécialiste accomplie dans le domaine de l'énergie photovoltaïque. Animée par un intérêt profond pour les énergies renouvelables, elle détient une expertise incontestable en matière de systèmes de chauffage respectueux de l'environnement.

Mis à jour le 22/09/2023