Informations

Fabrication des panneaux solaires

Par Benjamin Kerthe , le 20 mai 2022 , mis à jour le 28 juillet 2022 - 7 minutes de lecture
Fabrication des panneaux solaires

Au début de la popularisation des panneaux solaires, les particuliers étaient réticents à leur installation à cause de plusieurs idées reçues. Celles qui concernent la rentabilité, la durée de vie ou encore le coût énergétique de leur fabrication ont été écartées dans nos articles précédents. Nous allons ici nous intéresser à la question du recyclage des panneaux solaires dont certains sceptiques ne se refusent pas de démentir les nombreuses possibilités. Ce sujet a longtemps fait débat et retenu, à tort, de nombreux particuliers à passer à la production d’électricité avec l’énergie solaire. Aujourd’hui, nous vous proposons de démystifier le procédé de recyclage et de valorisation des modules photovoltaïques avec un article complet.

Les panneaux solaires sont-ils recyclables ?

Avant de découvrir les étapes qui sont liées à la fin de vie des panneaux solaires, il est important de répondre à cette question que certains de nos lecteurs doivent se poser. Les panneaux solaires sont-ils recyclables ? Et bien oui. Contrairement à ce que certains voudraient faire croire, 85 à 95 % des matériaux impliqués dans la composition d’un panneau solaire peuvent être recyclés. Dans le détail, les parties qui peuvent être réutilisées et valorisées sont :

  • Le verre qui compose 75 % du panneau
  • Le cadre en aluminium
  • Le film transparent en polymère
  • Les métaux conducteurs en argent ou en cuivre
  • Les cellules en silicium
  • Le boîtier de jonction, les câbles et les circuits imprimés

Au final, il n’y a que la connectique qui n’est pas encore en mesure d’être recyclée.

Recyclage des panneaux solaires, comment ça marche ?

Comment sont recyclés les panneaux solaires ? C’est une question que tous ceux dont la conscience écologique est éveillée et souhaitant s’équiper de panneaux solaires se posent. La première étape du processus concerne le cadre en aluminium. Il s’agit de l’un des métaux les plus rentables du marché puisqu’à l’heure actuelle, c’est un des matériaux les plus recyclés. Le boîtier électrique et les câbles quant à eux orientés vers la ligne de traitement des déchets électriques et électroniques. C’est le cuivre qu’ils renferment qui sera le mieux valorisé. Le laminé photovoltaïque et le verre sont également recyclés. Pour que le processus soit efficace, le démantèlement et la séparation de tous les éléments en les préservant au maximum sont des étapes primordiales.

Panneaux solaires tout se recycle

Recyclage des panneaux solaires en France

C’est une directive européenne relative aux déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) qui encadre le recyclage des panneaux solaires en France : 2002/96/CE. C’est l’organisme et association professionnelle PV Cycle qui est en charge de cette mission. Fondé en 2007, l’organisme à but non lucratif doit gérer la collecte et le traitement des panneaux solaires photovoltaïques usagés. Il dispose des certifications qualité ISO 9001 et ISO 14 001. Le fonctionnement et le financement de PV Cycle sont basés sur le prélèvement d’une écotaxe sur la totalité des échelons de valeur. Ce qui n’implique pas de coût supplémentaire pour le propriétaire de panneaux solaires qui fait recycler son installation lorsqu’elle arrive en fin de vie.

Avec pas moins d’une centaine de points de collecte en France, PV Cycle emploie également les services de Véolia pour gérer la forte quantité de déchets de panneaux solaires prévue pour les 10 ans qui arrivent. En tenant compte du volume du parc photovoltaïque de l’hexagone, de son âge et de la durée de vie des panneaux solaires vendus au cours des 20 dernières années, la quantité totale de déchets est passible d’atteindre les 60 000 tonnes.

La France a également pour objectif de franchir le cap des 32 % pour la part des énergies renouvelables avant 2030, ce qui implique l’installation de nombreux panneaux solaires. Le recyclage est donc un élément essentiel dans la transition énergétique.

Recyclage spécifique en fonction du type de panneau

Afin de valoriser au mieux les panneaux solaires, il est important de dissocier les différents types de cellules. Une usine spécifique va prendre en charge le traitement des cellules photovoltaïques en silicium cristallin (soit 90% des panneaux vendus) et de silicium amorphe, employées dans la fabrication des panneaux les plus récents à couches minces.

Véolia a ainsi fait appel à l’entreprise La Mia Energia, venue tout droit d’Italie, qui a créé une machine permettant de couper le panneau et d’isoler les différents matériaux. Elle permet donc de séparer :

  • Le verre
  • L’aluminium
  • Le plastique
  • Le cuivre
  • Le silicium

Pas moins de 92 % de la composition du panneau sont alors transformés en matières premières recyclées et 3% du plastique en combustible solide de récupération. Il ne reste que 5 % du panneau qui ne peuvent malheureusement pas encore être valorisés et qui terminent leur vie à la poubelle.

Chaque élément du panneau trouve une seconde vie en fonction de sa composition.

Le verre est recyclable à l’infini. Il s’agit de l’élément du panneau solaire le plus facile à recycler. Celui-ci est généralement transformé pour produire de la fibre de verre, des matériaux d’isolation et des emballages (bocaux et pots verres par exemple).

L’aluminium issu du cadre des panneaux solaires est lui recyclable de manière infinie. Il sera fondu et pourra donner naissance à de nouveaux objets comme des boîtes de conserve ou autres contenants alimentaires.

Le silicium pourra être recyclé 4 fois. Il est généralement utilisé pour fabriquer de nouvelles cellules photovoltaïques. Il est également utilisé dans la composition d’appareils électroniques après avoir été fondu et façonné en lingots.

Enfin, le cuivre et l’argent, dont la quantité dans chaque panneau est relativement faible, nécessitent un traitement spécifique afin d’être réutilisés. Ils doivent dans un premier temps être séparé de la structure du panneau avec des procédés mécaniques et chimiques avant d’être fondus.

Le seul élément des panneaux solaires qui pour le moment n’est pas recyclé est le plastique.

Un secteur en progrès

La filière de valorisation des panneaux solaires en fin de vie en France est en progrès constants. L’entreprise Véolia désire se positionner comme leader sur le marché. Avec un pic de besoin de recyclage prévu dans les 10 années à venir, l’entreprise se mobilise pour optimiser encore davantage les performances de leur technique. C’est donc dans une optique d’amélioration du rendement de la valorisation que la dynamique s’est installée.

Si vous vous demandiez dans quels secteurs sont utilisés les panneaux solaires recyclés, sachez que la majorité des composants permet l’élaboration de nouvelles cellules solaires.

Comment faire recycler mes panneaux solaires ?

Vous disposez de panneaux solaires qui arrivent en fin de vie ? Il est crucial de faire recycler vos cellules. La bonne nouvelle, c’est que PV Cycle les collecte sans frais. Selon que vous ayez plus ou moins de 40 panneaux, il faudra les apporter sur un point précis ou bien ils seront directement récupérés chez vous.

Recyclage des panneaux solaires : mot de la fin

Vous étiez sceptique quant à l’efficacité du recyclage des panneaux solaires ? Nous espérons vous avoir convaincu avec toutes ces informations. Si vous n’osiez pas franchir le pas et installer votre moyen de production d’électricité photovoltaïque à cause des prétendues impossibilités de recyclage, vous n’avez plus d’excuse.

Vous recherchez des informations complémentaires sur les différentes installations de panneaux solaires photovoltaïques ? Découvrez nos guides pratiques :

5/5 - (1 vote)

Benjamin Kerthe

Issu du secteur de la recherche scientifique et après un cursus dans l’écologie et l’environnement, Benjamin s’est reconverti dans la création de contenu. Il aborde de nombreuses thématiques dont celles qui lui tiennent à coeur et permettent d’envisager un avenir plus respectueux de la planète.

Voir les publications de l'auteur

Commentaires

Le 12 avril 2022 à 18 h 54 min, a a dit :

L'énergie solaire est sans aucun doute la meilleure forme d'énergie naturelle dont l'exploitation peut permettre de résoudre les besoins de nos sociétés, en raison de la puissance extraordinaire du rayonnement solaire sur terre. C'est un écologiste de naissance qui vous parle, puisque c'est mon père qui m'a éduqué à l'écologie il y plus de 60 ans. Je suis aussi scientifique au CNRS, en retraite. Mais le grand problème à mon avis tient dans vos propres propos: même les capteurs solaires produits en Europe sont construits avec les cellules fabriquées en Chine. C'est là que le bas blesse: la Chine est loin d'être une référence en matière écologique !!!! De plus dire que 50 ans de durée de vie c'est formidable, en matière de développement durable c'est loin d'être satisfaisant. Idem pour les éoliennes !!! Le principe est très louable, mais leur application reste très problématique. Et la voiture électrique !!! c'est miraculeux !!! tous les constructeurs se lancent sur le marché. Malheureusement elle transporte 400 kg de batteries (fabriquées en Chine), ce n'est vraiment pas une trouvaille écologique de nos jours ..... merci les centrales nucléaires françaises. En fait c'est juste un nouveau business. Rien à voir avec une véritable conscience écologique et sociale.
Je n'ai pas de solution personnelle au problème de l'indépendance énergétique en respectant la protection de l'environnement et de la santé. Pour ma part je pense qu'il faut en premier lieu convaincre les populations qu'il faudra avant tout réduire nos consommations énergétiques, mais les développements économiques ne vont pas dans ce sens. Démagogie oblige !!!

Le 3 mai 2022 à 15 h 42 min, Benjamin Kerthe a dit :

Bonjour Roland,

Merci beaucoup pour votre commentaire. Je ne peux que me joindre à votre propos concernant la fabrication des panneaux en Chine. Le procédé dans son intégralité est d'ailleurs responsable de l'empreinte carbone des panneaux. Mais si on se réfère aux chiffres de l'ADEME, l'empreinte carbone de chaque kWc de panneaux produits s'élève à 55g de CO2. Cela peut être amélioré, mais reste largement négligeable comparé à l'utilisation du pétrole et du gaz naturel. Il s'agit d'une source d'énergie importante qui doit être privilégiée dans notre mix énergétique, encore plus compte tenu des circonstances géopolitiques actuelles.

Je ne peux également que vous rejoindre sur l'importance de la sensibilisation à la réduction des consommations énergétiques. Les derniers rapports du GIEC sont catégoriques. Cela passe par une communication à destination des particuliers, mais la bataille ne sera pas gagnée si les entreprises et industriels ne jouent pas le jeu. Et l'intervention de l'État est nécessaire pour réguler et inciter les différents acteurs à prendre les mesures nécessaires. La lutte pour limiter l'impact des changements climatiques est un long chemin semé d'embuches, mais nous n'y arriverons pas si nous ne passons pas par des énergies aux émissions réduites. La voiture électrique, si elle transporte une batterie lithium avec tous les inconvénients qu'on lui connait, émet tout de même moins de CO2 qu'une voiture thermique. Son fonctionnement ne nécessite pas forcément d'énergie fossile, surtout en France où notre mix est nucléaire et renouvelable (très peu d'émission de CO2). Elle représente donc une transition à ne pas négliger, en attendant de sensibiliser davantage à la limitation des déplacements inutiles. Il faut également déconstruire la tendance qui consiste à posséder un véhicule beaucoup trop gros pour l'utilisation qui en est faite, dont la consommation, les émissions et la mobilisation de matières premières sont inutilement beaucoup trop élevées. Jean Marc Jancovici en parle beaucoup mieux que moi et je ne peux que vous encourager à consulter ses conférences si ce n'est pas déjà fait.